http://www.cerca-trova.fr/7784-thickbox_default/charles-auguste-corbineau-interieur-et-famille-en-bretagne-tableau.jpg Agrandir

Charles Auguste CORBINEAU, Interieur et famille en Bretagne, tableau

Charles Auguste CORBINEAU (1835-1901)
Famille de paysans et couple de bourgeois dans un intérieur, Bretagne
Huile sur toile
Signé en bas à droite CH. CORBINEAU
74 x 92 cm

Cadre en bois et stuc doré à décor de feuilles d'acanthe et feuilles de laurier, fin XIXème siècle

Plus de détails

Charles-Auguste CORBINEAU, artiste originaire de Saumur, fit carrière à Paris et se rendit de nombreuses fois en Bretagne et en Vendée. Le catalogue de la vente après décès de son atelier (Me Léon Tual, 13 et 14 mai 1901, Hôtel Drouot, salle n°2) mentionne de nombreux paysages et scènes d'intérieur en Bretagne et Vendée, notamment aux Sables-d'Olonne. Dans ce tableau, peut-être celui qu'il envoya au Salon de 1863, mentionné dans le catalogue, un couple de bourgeois rend visite à une famille de paysans, composée d'un homme fumant la pipe et de sa jeune femme donnant le sein, d'une dame plus âgée, d'une autre jeune femme à l'air espiègle et de deux enfants, dont l'un mange une purée de pommes de terre et l'autre une grosse tranche de pain. Toute l'ambiance d'un intérieur breton modeste est restituée dans ce tableau : le vaisselier chargé de faïences de Quimper, le lit clos et son banc coffre à côté de l'âtre où rougeoient encore quelques braises, la bouteille de cidre, le chaudron rempli de pommes de terre... Les bourgeois sont sans doute les bailleurs rendant visite à leur métayer. Cependant, malgré l'évidente connotation sociale de ce tableau, où l'élégance des toilettes et des poses de cette Parisienne avec son bichon et de cet homme au lorgon s'oppose à la modestie et à la simplicité de ces paysans, une atmosphère cordiale et chaleureuse semble régner entre tous les protagonistes.

Musées : musée Joseph Denais à Beaufort, Saumur

Bibliographie : Bénézit, Catalogue de la vente après décès de son atelier (voir plus haut)

 

 

http://saumur-jadis.pagesperso-orange.fr/recit/ch40/r40f.htm